Le jiu jitsu brésilien


 

Le Jiu-jitsu brésilien (BJJ) : Plus qu’un sport, un art de vivre.

Parlons un peu du BJJ, en effet, pour le néophyte, qu’est-ce que le BJJ ?

Le BJJ est un art martial brésilien dérivé de techniques de Judo et de Jiu-Jitsu importées du Japon au Brésil par Mitsuyo Maeda vers 1920, puis développé par la famille Gracie.

C’est un art martial jeune et en permanente évolution. Bien que peu médiatisé en Europe, il est très réputé au Brésil, aux États-Unis et au Japon.

Le BJJ est une lutte au sol se pratiquant traditionnellement avec un kimono.

Chaque technique de finalisation se termine soit par un étranglement soit par une clef articulaire (nuque, épaule, coude, poignet, hanche, genou, cheville).

Contrairement à la majorité des arts martiaux, qui privilégient le combat debout, pieds et poings, le BJJ se focalise sur le combat au sol, domaine extrêmement technique et où le gabarit joue moins. L’expérience montre en outre que les bagarres de rue entre deux adversaires se terminent souvent au sol.

Cela s’avère d’autant plus juste si l’un des deux adversaires a fait le choix de combattre au sol. En effet, on peut souvent forcer un adversaire à aller au sol, alors qu’en revanche, on ne peut jamais obliger l’autre à combattre debout.

Dès lors, la victoire dans un combat libre entre deux adversaires passe généralement par une maîtrise des techniques de combat au sol. Il en résulte une place nettement moins importante laissée en matière de projections ou de techniques de frappe du BJJ par rapport aux autres arts martiaux.

Ainsi de nombreux pratiquants de BJJ affrontent lors de combats libres, des lutteurs, des boxeurs ou des karatékas dans le cadre de compétitions internationales telles que le Pride et l’UFC, et s’imposent comme de redoutables combattants. Même si les pratiquants de BJJ se font amener au sol, et se retrouvent à combattre dos au sol, il s’agit d’une position (appelée dans la garde) intéressante en pur BJJ qu’il faut savoir maîtriser en combat libre.

Tout comme au Sambo, les pratiquants du BJJ pratiquent le combat au sol total. Ils ont à leur disposition tout un arsenal de clés de bras (épaule, coude, poignet), de clés de jambe (genou, cheville, pied), de clés de cou, et d’étranglements. Le BJJ représente une spécialisation du combat au sol, avec la redécouverte de nouvelles positions caractéristiques comme la garde (ou le dos au sol, on enserre la taille de l’adversaire entre ses jambes), qui permet de se protéger des techniques de soumission, tout en étant capable d’en délivrer.

Le BJJ et son application en Vale-Tudo (combat libre en portugais) se sont révélés particulièrement efficaces lors de la création en 1993 des UFC qui virent la victoire de Royce Gracie, ou encore à l’occasion des défis remportés par Rickson Gracie, véritable légende des arts martiaux.

Le BJJ (avec gi et sans gi) n’est pas seulement un des arts martiaux les plus efficaces, c’est tout un art de vie qui s’articule autour de plusieurs principes :

* La pratique : trouver un équilibre entre technique, force, souplesse, stratégie et vitesse. Cet équilibre vous est propre et doit être en harmonie avec votre morphologie, vos forces et vos faiblesses et votre personnalité. Vous devez vivre votre BJJ, et il doit en retour refléter qui vous êtes.

* L’esprit de famille : rentrer dans le BJJ, c’est rentrer dans une grande famille. Pas d’adversaire mais des partenaires, des compagnons d’entraînement, des professeurs et des élèves, des amis, bref une grande famille soudée qui partage la même passion, le même style de vie. La filiation est aussi très importante, le respect et la reconnaissance pour ceux qui nous ont transmis leur art et permis d’être ce que nous sommes aujourd’hui.

* La nature : les liens entre le BJJ et la nature sont forts. L’eau, la mer sont source d’énergie pour le pratiquant et beaucoup de ceintures noires sont d’ailleurs d’excellents surfeurs (Rickson, Royler, Kron, Marcelo Behring, Sylvio Behring…). La montagne est aussi un lieu privilégié pour s’entraîner, se ressourcer et pratiquer des exercices de Ginastica Natural.

* L’éthique: le respect de soi-même et des autres.

Travail, fair-play, passion, bien-être physique et mental sont les valeurs sportives qui animent le BJJ. La soumission symbolique est un honneur pour celui qui l’applique et gratifie celui qui reconnaît sa propre défaite.